Qu’est-ce qui amène un couple à consulter?

Divers facteurs peuvent amener un couple à consulter : des enjeux relationnels, des aspects psychologiques personnels, une étape de vie, des circonstances et événements. Voici des exemples :

  • des chicanes répétitives sans issue
  • une perte de confiance envers l’autre
  • un éloignement de plus en plus grand entre les conjoints
  • un manque d’intimité
  • des insatisfactions de l’un ou des deux conjoints dans leur sexualité
  • une souffrance éprouvée en relation avec son partenaire
  • une remise en question de la relation conjugale
  • une souffrance conjugale amenant à envisager la séparation
  • les difficultés des conjoints à tolérer et composer avec leurs différends
  • des événements stressants : deuils, maladies, crise familiale ou professionnelle
  • le choix de s’engager ou pas dans une relation de couple (les peurs, les doutes, les pressions extérieures)
  • la décision de fonder une famille (les peurs, les incertitudes, les pressions extérieures)
  • une perte d’intérêt à l’égard du conjoint
  • peu de plaisir partagé
  • des difficultés d’ajustement  à l’étape de la retraite ou du vieillissement.
  • un déséquilibre entre les places respectives accordées au couple versus la famille
  • des tensions entre les conjoints concernant leur équipe parentale
  • un déséquilibre entre les conjoints quant à la proximité avec les enfants
  • des difficultés d’adaptation à l’arrivée à l’adolescence des enfants ou au départ des jeunes adultes de la maison
  • une relation extra-conjugale
  • les défis rencontrés par les conjoints d’origines ethniques différentes
  • les impacts stressants des démarches de procréation assistée
  • des tensions entre les conjoints reliées aux nouvelles technologies (réseaux sociaux, texto, clavardage)

 

Joindre Luc Blain et Louise Roberge

Nos services sont offerts sur rendez-vous. Lors du premier entretien téléphonique, les honoraires et les disponibilités pour le rendez-vous sont discutés.

L'infidélité dans le couple

L’infidélité constitue une crise dans une relation de couple, l’une des crises les plus souffrantes de la vie à deux. Il s’agit d’un motif fréquent qui amène les conjoints à consulter pour une psychothérapie conjugale.  

 

Une telle crise questionne la confiance dans le lien d’attachement entre les conjoints et la survie de la relation conjugale. À la suite d’une infidélité, est-ce possible que la confiance revienne ou non pour la personne trompée dans un couple? La réponse à cette question est unique à chaque couple. Dans certains couples, l’infidélité brise la relation de confiance pour toujours. Dans d’autres couples, l’infidélité peut amener à une remise en question, à un bilan de la vie à deux, et à des ajustements nécessaires pour le mieux-être de la relation conjugale.  

 

L’infidélité peut être sue de diverses façons. Souvent un conjoint découvre l’infidélité de son partenaire par des médias sociaux ou des appareils électroniques. D’autres fois, c’est la personne elle-même qui informe  son partenaire de son infidélité. Il arrive aussi que le dévoilement est fait par une tierce personne. Il peut arriver aussi que la personne trompée l’apprenne en questionnant son partenaire. 

 

À certaines étapes de la vie du couple, une relation extra-conjugale est plus susceptible de survenir. Cela semble être le cas par exemple : suite à une naissance ou après l’arrivée de plusieurs enfants; dans une période de deuil suite au décès d’un proche; après le départ des jeunes adultes de la maison; au moment de la retraite ou de l’approche du vieillissement. 

 

Lorsque la personne trompée l’apprend, elle peut être sous le choc de la découverte. Plusieurs émotions intenses et pénibles sont présentes : sentiment de trahison, désillusion, colère, peine, perte de confiance envers le partenaire, blessure dans l’identité féminine ou masculine, jalousie. Après la crise initiale de la découverte, des émotions difficiles peuvent être ravivées et déclenchées par des événements tels que: un retard du conjoint; une activité (travail, loisir,…) où  le conjoint qui a été infidèle pourrait revoir la personne avec qui il a eu une relation extra-conjugale.

 

En ce qui concerne la personne qui a été infidèle, des émotions difficiles sont aussi présentes telles que culpabilité, regrets, remords, confusion sur ce qui l’a amené à être infidèle, crainte de perdre le conjoint,  peur que la famille éclate. Elle peut aussi se questionner sur les gestes extra-conjugaux posés. 

 

L’infidélité, découverte ou révélée, remet en question la poursuite et la survie de la relation conjugale. Dans un premier temps, la thérapie de couple aide les conjoints à traverser la crise initiale. Comme une infidélité peut interpeller les enjeux liés à la confiance de base et au lien d’attachement chez chacun des conjoints, la thérapie est un lieu où ces enjeux seront explorés. L’infidélité pouvant  aussi interpeller la relation conjugale dans des insatisfactions ou des frustrations sexuelles, certains enjeux au niveau de l’identité masculine et féminine des conjoints pourront aussi être explorés en thérapie. Une telle exploration peut amener les conjoints à faire un bilan complet de leur relation pour mieux comprendre leur dynamique relationnelle conjugale et ce qui a pu entraîner, à leur insu, que l’infidélité s’infiltre entre eux.

 

La thérapie conjugale  permet donc de mieux cerner les insatisfactions, mais aussi les désirs de changements ou d’améliorations, présents dans la dynamique relationnelle. Elle permet aussi d’explorer les enjeux de l’histoire personnelle ou familiale de chacun des conjoints qui ont pu s’entremêler et contribuer à la crise conjugale telles que : des expériences traumatiques; des vulnérabilités dans la confirmation de l’identité masculine ou féminine de chacun.  

 

Ainsi, la psychothérapie de couple peut favoriser qu’une décision éclairée concernant l’avenir de la relation conjugale soit prise. La thérapie de couple exploratoire peut aussi aider les conjoints qui le désirent à renouveler leur relation. 

 

Joindre Luc Blain et Louise Roberge

Vous retrouverez plus d’information sur la thérapie de couple en cliquant sous l’onglet services du site web

Les chicanes de couple répétitives

Dans tous les couples, il est normal qu’il y ait des conflits à différents moments de la vie conjugale. Une crise conjugale peut éclater peut quand les conjoints n’arrivent pas à résoudre leurs différends malgré des discussions et des argumentations interminables et qu’ils se retrouvent à répétition dans une impasse. Une incapacité de négocier pour arriver à des points d’entente est alors présente chez les partenaires. Sont souvent sous-jacents à de tels conflits conjugaux des enjeux de pouvoir et de contrôle, ainsi que des difficultés à reconnaître, tolérer et composer avec les différences de l’autre. Sans s’en rendre clairement compte, chacun peut désirer être le chef, ou encore imaginer ou vouloir que l’autre pense comme lui-même.

 

Les chicanes répétitives constituent un motif fréquent qui amène les conjoints à consulter pour une psychothérapie conjugale. Parmi les sujets de conflits récurrents se retrouvent : la répartition des tâches ménagères, l’éducation des enfants, les enjeux financiers, la propreté et l’ordre dans la disposition des objets de la maison. 

 

Les conjoints vivant des conflits ou des chicanes répétitives peuvent devenir des adversaires et des ennemis dans leurs interactions pouvant être accusatrices ou dénigrantes l’un envers l’autre. Chacun cherche à avoir raison ou à gagner son point dans les discussions. Une mise à distance et une froideur entre les conjoints peuvent aussi se manifester. Des sentiments de découragement apparaissent. L’impression de ne pas être sur la même longueur d’onde, d’avoir une incompatibilité de caractère, et même de ne pas être fait l’un pour l’autre, est souvent présente. 

 

De tes conflits répétitifs entraînent souvent une remise en question de la relation conjugale. La psychothérapie de couple est un lieu pour prendre conscience des enjeux de pouvoir et de contrôle dans la relation conjugale et aussi pour chercher à saisir ce qui empêche d’accepter la différence avec l’autre. L’espoir d’une telle démarche thérapeutique est de favoriser une plus grande souplesse dans les interactions entre les conjoints afin qu’il y ait possiblement une place pour le point de vue de chacun et ainsi faciliter un processus de négociation entre eux. La thérapie permet aussi d’explorer les enjeux de l’histoire personnelle ou familiale de chacun des conjoints qui ont pu s’entremêler et contribuer à la difficulté de différenciation, c’est-à-dire la capacité de se reconnaître soi-même, et aussi d’accepter l’autre, comme un individu à part entière. 

 

 

Joindre Luc Blain et Louise Roberge

Vous retrouverez plus d’information sur la thérapie de couple en cliquant sous l’onglet services du site web

 

Les difficultés au début d’une relation de couple

Le début d’une relation de couple se caractérise par  une période de lune de miel. Durant cette étape, les nouveaux partenaires sont attirés physiquement et aussi par leurs ressemblances: intérêts communs,  projets partagés, visions similaires sur différents aspects de la vie, etc. 

 

Toutefois,  le début d’une  relation de couple peut s’accompagner  toutefois de difficultés particulières, par  exemple :

  1. un des deux partenaires a l’impression d’aimer davantage l’autre; cette personne espère que cet amour sera réciproque un jour;

     

  2. une séparation difficile peut avoir été vécue récemment par un des conjoints, ou les deux, et ils tentent  actuellement de construire une nouvelle relation;

     

  3. un des deux conjoints s’est senti trahi dans une relation antérieure et il a de la difficulté de faire confiance à nouveau;

     

  4. un des deux conjoints est parent d’enfant(s) issu(s) d’une union précédente alors que ce n’est pas le cas de  son partenaire; 

     

  5. les deux conjoints sont déjà parents d’enfant(s) et ils doivent composer avec une telle situation, et s’y adapter;

     

  6. les conjoints sont rendus à un certain âge; chacun a son domicile et ses habitudes de vie; ils peuvent être grands-parents; former un nouveau couple  peut comporter de nombreux défis à relever;

     

  7. les partenaires se fréquentent depuis quelques temps, mais ils sont hésitants à cohabiter ensemble;

     

  8. les nouveaux conjoints se questionnent sur la continuité de leur relation : veulent-ils poursuivre ensemble; veulent-ils fonder une famille? 

     

  9. la naissance d’un enfant survient  sans être planifiée; une telle situation demande de nombreux ajustements; est-ce que la relation conjugale sera mise graduellement de côté au profit  de la relation parentale?

     

Malgré l’attraction et les attirances caractérisant les débuts d’une relation de couple, la peur de l’engagement est souvent présente chez l’un ou chez les  deux conjoints. Différentes craintes peuvent être présentes, par exemple  la peur d’être abandonné en s’engageant dans la relation. La peur d’échouer à nouveau dans une relation peut aussi freiner l’engagement amoureux. Pour certains,  il peut être difficile de renoncer à leur liberté de célibataire au début d’une relation de couple. Aussi, la peur de ne pas être assez intéressant(e) et de ne pas être à la hauteur peut aussi venir poser obstacle à la relation. De telles peurs peuvent remettre en question la relation.   

 

La psychothérapie de couple, au  début d’une relation conjugale, est un lieu pour prendre conscience des peurs et des enjeux qui font obstacle à la poursuite de la relation de couple. La thérapie  permet aussi d’explorer les enjeux de l’histoire personnelle ou familiale de chacun des conjoints qui peuvent s’entremêler et contribuer à la peur de s’engager. 

 

Joindre Luc Blain et Louise Roberge

Vous retrouverez plus d’information sur la thérapie de couple en cliquant sous l’onglet services du site web

 

Perte d’intimité et éloignement dans le couple

De façon générale, la femme souhaite d’emblée de l’intimité affective, et l’homme de l’intimité sexuelle. La femme peut penser : si j’avais l’impression qu’il était plus proche de moi émotivement, plus attentionné dans la vie quotidienne, j’aurais plus le goût d’un rapprochement sexuel. L’homme peut se dire : si nous faisions l’amour, je pourrais être plus tendre avec elle, plus enclin à répondre à ses demandes dans la vie quotidienne. Deux personnes en quête de se sentir aimés, importants et désirés, mais les différences homme-femme peuvent les amener à être sur deux longueurs d’onde différentes.

 

Plusieurs étapes de la vie commune peuvent contribuer à un éloignement entre les conjoints qui peut amener une crise conjugale et même une remise en question de la relation de couple. 

 

Par exemple, devenue mère, il arrive qu’une femme se consacre aux enfants. Elle peut être fatiguée et peu disponible à l’intimité avec son conjoint. Se retrouver comme femme, redevenir une amante peut prendre un certain temps. Le conjoint peut se sentir exclu et désirer retrouver son amoureuse. Ainsi, un éloignement entre les conjoints survient fréquemment. Au fil du temps, être parents a pris toute la place au détriment de la relation de couple. 

 

Il arrive aussi que le travail soit omniprésent. Ou bien les activités respectives de chacun des conjoints (sports, loisirs, activités sociales) les ont amenés à avoir des vies parallèles. Ou encore la routine de la vie quotidienne et l’usure se sont installées au fil des ans. 

 

Lorsqu’un conjoint est atteint d’une maladie, son énergie peut être prise par sa guérison et son rétablissement, ce qui le rend moins disponible à la relation de couple et à l’intimité sexuelle avec son partenaire. Ce qui peut être insatisfaisant à la longue pour le partenaire qui est en pleine santé même s’il a été compréhensif et soutenant au départ. 

 

Aussi, lors du deuil d’un proche, il peut arriver qu’un conjoint ait une diminution de libido, une perte d’intérêt, ou encore une augmentation de libido, et que le couple ne soit pas sur la même longueur d’ondes, ce qui peut contribuer à une perte d’intimité. 

 

À l’étape de la ménopause et de l’andropause, ou de leur vieillissement, ou encore au départ des jeunes adultes de la maison quand le nid familial se vide, les conjoints peuvent être aussi en décalage dans leurs processus d’adaptation, ce qui peut contribuer à leur éloignement. 

 

Favoriser et préserver, au fil des années, l’intimité conjugale est tout un défi. Chacun des conjoints peut à la fois désirer le rapprochement, mais aussi éviter l’intimité avec l’autre sans s’en rendre compte. 

 

La psychothérapie conjugale est un lieu où les conjoints peuvent explorer les enjeux présents concernant leur perte d’intimité. Une telle exploration peut aider les conjoints à mieux comprendre leur dynamique relationnelle conjugale et ce qui a pu, à leur Insu, entraîner un éloignement entre eux. La thérapie permet aussi d’explorer les enjeux de l’histoire personnelle ou familiale de chacun des conjoints qui ont pu s’entremêler et contribuer à la perte d’intimité et à l’éloignement dans le couple

 

Joindre Luc Blain et Louise Roberge

Vous retrouverez plus d’information sur la thérapie de couple en cliquant sous l’onglet services du site web

Conception et hébergement : Conception et hébergement: Caméléon Média